SAMEDI 6 AOUT

[Sona Jobarteh]

 

Depuis les temps immémoriaux, la kora, cette harpe d'Afrique de l'Ouest à 21 cordes, est traditionnellement jouée par des griots masculins ou des musiciens héréditaires, jamais par des femmes. Jamais jusqu’à ce que Sona Jobarteh vienne bousculer les lignes et change les règles et la tradition mandingue en s’emparant de l’instrument pour porter à son tour, avec élégance et talent, cette ancestrale et riche culture.

 

Reconnue, aussi bien par le public que par la critique, dès son album «Fasiya» (2011), en tant que musicienne virtuose, elle parcourt depuis le monde sans discontinuer, pour toucher les âmes et les cœurs en leur offrant quelques douces rêveries musicales, dans un espace où, sous l’influence de ses doigts caressant les cordes de son instrument et de sa voix suave, le temps s’arrête et où d’étonnantes et sublimes sensations nous submergent. Invitation à l’introspection, à l’onirisme et au voyage - intérieur ou non -, la musique de Sona Jobarteh est de celles qui, de vibrations en vibrations, enchantent nos sens sans même que l’on ne s’en rende compte, nous transportant dans un ailleurs magnifique où chaque note, chaque mot, chaque silence, est à lui seul synonyme d’apaisement et de plénitude.

 

Comment, dès lors, ne pas partir avec elle faire ce magnifique voyage humaniste peuplé de beaux frissons et de doux rêves éveillés !...

 



[Zoufris Maracas]

 

Liberté !... Quel plus beau mot que celui-là, quelle plus belle valeur à défendre et à porter haut, surtout dans une époque aussi troublée que la nôtre ?... Aucun !... En tout cas pour la petite bande des Zoufris Maracas qui, depuis quinze ans, inlassablement, fait le choix de la spontanéité, du bordel, des voix qui portent et s’affranchissent des frontières, qu’elles soient géographiques, musicales ou psychologiques, de la révolte contre toute forme d’injustice, de la légèreté mélodique et des mots qui font sens, bref de l’humain quand il est libre de faire ce qui lui chante. Là où tant d’autres se recroquevillent sur leur ego, eux ouvrent grand les portes de leur monde, préférant de loin le partage, les mélanges, la créativité, pour peu que le tout soit au service des valeurs qu’ils défendent.

 

Voyageurs au long cours abordant au fil de leur inspiration des rivages aussi colorés que divers, les Zoufris Maracas ont réussi à trouver la formule parfaite, alchimie réussie des sonorités venues d’Afrique, d’Amérique du Sud, des Balkans, d’Andalousie, et de cette chanson française alternative qui traverse les décennies sans prendre une ride. Festive, bouillonnante, drôle et hautement énergisante, corrosive et politique, la musique de Zoufris Maracas met un peu d’épices dans la chanson française. Rien que pour cela, on ne peut que se réjouir de pouvoir danser, sur n’importe quel pied, avec eux, cet été, du côté de Sauveterre-de-Rouergue.

 



 

Suite de la programmation à venir…