Samedi 07 Août


Ouverture des portes : 18h30

🎆⭐️⭐️ [ Têtes Raides Officiel ] ⭐️⭐️🎆

 

Les Têtes Raides, c’est quoi ?... Drôle de question pour un groupe qui depuis plus de trente ans creuse un sillon qui ne ressemble à aucun autre. Des silences et des mots, du rock et de la chanson, des textes qui jamais ne cèdent à la facilité, préférant la poésie du quotidien aux effets faciles, de l’électricité bien sûr pour secouer les consciences et les corps mais aussi des temps de pause, de la douceur mélancolique pour mettre l’âme en ouate, la force du collectif dans laquelle se love la voix si particulière, réaliste et parfois brute, de son chanteur, Christian Olivier, et surtout cette écriture, intense, puissamment évocatrice, spontanée et engagée, le cocktail Têtes Raides est de ceux qui parfois rapent quand on les ingurgite mais laisse indéniablement des traces bien longtemps après.

 

Trente ans et des poussières, 14 albums studios, 3 live, des participations notamment sur les disques de Yann Tiersen ou de Mano Solo, des musiciens qui s’en vont et s’en reviennent, des concerts qui s’enchaînent et le temps qui s’étire dans un quasi silence, et toujours cet amour des beaux mots, des rencontres d’un soir ou d’une vie qui enrichissent et nourrissent, de luttes que l’on mène avec autant de verve que de poésie, le chemin suivi par cette petite bande n’a pas été toujours rectiligne mais jamais il n’a manqué de cohérence, de ce petit supplément d’âme qui manque à tant d’autres, de cette intensité qui en fait l’un des piliers incontournables de la scène alternative française.

 

Alors que sonne l’anniversaire de Ginette, les voici qui repartent sur les routes en formation originelle, clamant haut et fort qu’ils sont not dead but bien raides, et qu’ils vont nous plonger dans un bain bouillonnant, fait de poésie noire et d’humour décalé, d’engagement sincères et de mots qui font sens, le tout porté par ce mélange dont ils ont le secret, entre rock, chanson réaliste et bal musette. Une chose est sûre en tout cas, c’est que ce soir-là, en compagnie des Têtes Raides, on ne va pas se faire chier à Sauveterre !



🎆⭐️⭐️ [ Wally & le Projet Derli ] ⭐️⭐️🎆

 

Habituellement, Wally fait des chansons courtes qui inscrivent de jolis rires sur les visages de ceux qui les écoutent. Mais de temps en temps, le voici qui s’autorise un pas de côté, une parenthèse enchantée, un projet qui l’emmène, et nous avec, ailleurs. Lui si seul d’habitude, le voici accompagné sur scène de cinq musiciens, pour une aventure où l'humeur prend le pas sur l'humour, où les sourires gentiment remplacent les rires, où la tendresse et les accents plus sérieux délicatement effacent la légèreté des joutes verbales d’antan.

 

Dans «Le Projet Derli», les chansons se font plus longues, plus mélodiques, embrassent des sonorités diverses afin de nous plonger à corps perdus dans ces histoires qu’il nous conte. Bien sûr, les traits d’esprit, véritable marque de fabrique de Wally, ne sont pas bien loin, mais ils restent en retrait, comme s’ils étaient, eux aussi, subjugués par ce qu’ils entendent, par ces mélodies tour à tour sautillantes ou mélancoliques, par cette poésie du quotidien qui flirte avec l’absurde mais retombe toujours sur ses pattes. Et si, soyons rassurés, le syndrome du chanteur triste n’est pas à son programme, c’est avec délicatesse et émotion qu’il vient aujourd’hui nous parler du temps qui passe et dévalise nos vies, de l’amour qui dure toujours et des folles années de l’enfance et de l’adolescence où tout semble permis, surtout l’impossible, et surtout ce bonheur auquel il a cru, pour lequel il a milité et qui désormais lui semble fort déshumanisée, suffisamment en tout cas pour qu’il puisse venir nous chanter ses chansons pas drôles.

 

Sans additif, «Le Projet Derli» charme et emporte ailleurs, séduit et émeut, provoque autant d’émotions que de sourires, et en habillant ses petites tranches de vie, celles de Wally tout autant que les nôtres, de mélodies venues des quatre coins du monde, nous offre un merveilleux cadeau, la possibilité, rare, de se lâcher avant que ça lâche, de s’éclater avant d’éclater.



🎆⭐️⭐️ [ Cie La Machine/ Pierre De Mecquenem ] ⭐️⭐️🎆

 

Une ville. Classique ou non, riche de son passé ou non, une cité au quotidien semblable à celui de milliers d’autres. Tout à coup, comme par magie, la voici qui prend une toute autre forme, devient presque vivante en se parant de couleurs inhabituelles, de chaleur qu’elle ne croise pas habituellement. Pour cela il aura juste fallu une étincelle et un alchimiste, Pierre de Mecquenem, pour la faire naître. Témoin privilégié de cette systématique et incroyable rêverie que le feu et les flammes engendrent chez la plupart des gens, l’artiste les utilise comme outils de ses créations, les transformant en vecteurs d’une métamorphose urbaine aussi poétique qu’éblouissante.

 

La tête dans les étoiles, il suffit de se laisser guider par ses pas pour voir la vie sous un autre angle, ici par la grâce d’un mur de bougies nous incitant à prendre de la hauteur, là par la vision de braséros structurant l’espace et nous invitant à envisager d’autres perspectives, ailleurs encore en suivant des éléments mobiles véritables invitations au mouvement et à la découverte.

 

En faisant de nous, spectateurs, les acteurs de la performance que nous sommes en train d’admirer, en nous permettant de déambuler en toute liberté, au gré de nos envies, de nos étonnements, en nous offrant des sensations et des émotions sensibles et totalement personnelles, «Incandescences» nous immerge dans un doux onirisme, un lieu magique où l’on redevient un enfant émerveillé devant la danse sauvage des flammes libres, et ouvre grand les portes de notre imaginaire trop souvent enfermé dans notre espace quotidien.

 

En habillant de flammes ces lieux que l’on pense connaître par coeur, Pierre de Mecquenem et la Compagnie La Machine, font plus que nous proposer un spectacle fabuleux, en scénographiant la nuit ainsi, ils poétisent l’espace urbain et donnent aux spectateurs l’occasion, si rare, d’être en même temps surpris, émerveillés et émus.