DIMANCHE 30 OCTOBRE

[Groundation]

 

Une nouvelle génération de musiciens virtuose à ses côtés, tous issus de la prestigieuse SonomaState University, le professeur Harrison Stafford a décidé, après quelques années de side-projects, de remettre la machine Groundation sur de bons rails, ceux d’une musique qui sait si bien envoûter les corps tout en éveillant les consciences, de ce reggae teinté de jazz, latino, funk ou world qui bouscule nos sens et nous offre, autant sur album qu’en live, des expériences totalement hors du commun.

 

Presque 25 ans après sa création, le groupe californien n’a rien perdu de sa puissance, de sa pertinence, dans un monde qui a trop tendance à perdre ses valeurs, à oublier d’où il vient pour ne pas penser à où il va. Harrison Stafford, lui, sait que le chemin qu’il emprunte depuis deux décennies est le bon, celui qui peut fédérer les âmes et énergiser les cœurs. De retour avec un nouvel album - le dixième - de Groundation, «One Rock», dans lequel, sous la houlette du mythique ingénieur du son Jim Fox, il invite les légendes que sont Israël Vibration, The Abyssinians ou The Congos, il peut à nouveau nous surprendre et nous combler avec ses mélodies au groove implacable et à l’énergie positive communicative. De quoi attendre avec impatience ce beau moment de partage qu’il nous offrira à coup sûr lors du prochain Roots’Ergue !



[Clinton Fearon]

 

Pour un gladiateur du reggae roots tel que Clinton Fearon, la musique n’est pas chose futile ou éphémère, c’est l’essence même d’une vie, son sel et son moteur, cet air que l’on respire et que l’on partage. Comment pourrait-il en être autrement pour celui qui, depuis qu’il a intégré il y a plus de cinquante ans The Gladiators en tant que bassiste chanteur, porte haut le drapeau d’un reggae qui résonne comme un appel à l’amour et à la fraternité, une musique comme un sourire permanent porteur d’espoirs et de bonheur. Cœur et âme appartenant à cette vibration sublime, Clinton Fearon poursuit inlassablement son chemin, s’inscrivant, page après page, dans l’histoire du reggae. S’il jette un regard lucide, et parfois pessimiste, sur le monde tel qu’il est, c’est pour mieux célébrer la vie et, à son échelle, transmettre au plus grand nombre un message de paix et de respect, pour la terre qui nous porte, pour les autres qu’ils nous soient semblables ou pas, pour ces valeurs positives qui permettent à l’humanité de ne pas sombrer. Comment, dès lors, ne pas répondre toujours présents lorsqu’il nous invite à être ensemble pour partager, comme aujourd’hui à Sauveterre, un beau voyage au cœur du son roots et, le cœur léger, faire le plein de bonnes sensations !